46154B6F-6C2C-41CF-8832-F2F86E131EE4 Created with sketchtool. Menu Villes Pays d'Art & d'Histoire
Le Charolais-Brionnais, candidat au patrimoine mondial
Des sols propices à l'engraissement des bovins Des sols propices à l'engraissement des bovins Des sols propices à l'engraissement des bovins

Des sols propices à l'engraissement des bovins


Les herbages du Charolais-Brionnais peuvent engraisser les bovins sans qu’il n’y ait besoin de compléter leur alimentation. La richesse de ces sols est liée à la géologie et au climat.

#Une géologie particulière :

Le Charolais-Brionnais présente une grande variété de paysages issue de différentes formations géologiques. Le Brionnais est parcouru par trois failles parallèles délimitant quatre blocs qui organisent le paysage. Chacun de ces blocs dispose de deux types de terrains : des terrains granitiques et gréseux sur lesquels se pratique essentiellement l’élevage naisseur et des terrains calcaires et argilo-marneux favorables à l’engraissement des bovins. Ainsi, chaque parcelle possède des qualités propres. Les parcelles, à l’échelle de l’exploitation, se complètent, puisque les prés d’élevage sont à proximité des prés d’embouche. Les éleveurs peuvent donc gérer leur troupeau sans faire de déplacements trop importants.

Les prés d’embouche sont plus ou moins riches en phosphore. Bernadette Lizet, dans son enquête « L’herbe violente : enquête ethno-botanique en pays brionnais » (paru dans Études rurales, n°129-130, janvier-juin 1993) explique que cette présence de phosphore est à l’origine de la plus ou moins grande « force » de l’herbe. Elle peut, dans certains cas, être « violente ». L’herbe est donc très nutritive, à tel point que si une bête pas assez mature la mange, elle peut présenter des troubles digestifs importants, voire dangereux. Les potentialités offertes par la géologie, exploitées par des hommes dotés d’un savoir-faire, ont été décisives dans le développement de l’élevage et de l’embouche de la race charolaise.


1
  • © Frédéric Gaudry © Frédéric Gaudry
  • © Agence d'Urbanisme Sud Bourgogne © Agence d'Urbanisme Sud Bourgogne
  • © Frédéric Gaudry
  • © Agence d'Urbanisme Sud Bourgogne

#Un climat et une hydrographie propices à l'élevage :

Le Charolais-Brionnais se situe dans un climat tempéré chaud, sans saison sèche. La pluviométrie est répartie au long de l'année, entrainant une pousse continue de l'herbe qui alimente les bovins en extérieur pendant presque huit mois et permet de faire des réserves de fourrage pour l'hiver. La température moyenne est de 10,8°C.

L'eau est très présente sur le territoire. Le Bien est traversé par l'Arconce. De ce cours d'eau principal affluent plusieurs ruisseaux traversant le plateau du Brionnais. De nombreuses sources permettent d'entretenir une humidité indispensable à la pousse de l'herbe. Ces conditions constituent un écosystème privilégié, particulièrement propice à l'élevage et au maintien de la biodiversité.